Le guide des Etats-Majors

X

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

L’endettement personnel d’Arnaud Lagardère pose de nouveau des questions

Selon les comptes de la holding du dirigeant, révélés par le FT, la dette serait supérieure à la valeur de la participation au capital de Lagardère.

Par  Olivier Pinaud le 02/09/2019



Malgré les dividendes et les nombreuses cessions d’actions, la question de l’endettement personnel d’Arnaud Lagardère n’est toujours pas réglée. Selon le Financial Times qui a eu accès aux comptes de Lagardère Capital & Management, la société personnelle du dirigeant du groupe de distribution et de médias, Arnaud Lagardère portait encore 204 millions d’euros d’endettement fin 2017. Soit plus que la valeur actuelle de ses 7,3% au capital de Lagardère (187 millions d’euros aux cours d’hier soir). Sachant que la quasi-totalité des actions Lagardère détenues par LC&M sont gagées pour garantir les prêts de la holding, les banques pourraient prendre possession de la participation si Arnaud Lagardère ne parvenait plus à payer ses dettes.

Depuis 2010, les comptes de LCM ne sont plus publiés au greffe du tribunal. Un silence que le fonds Amber Capital, actionnaire de Lagardère, aurait tenter de lever en intentant une action en justice, ajoute le Financial Times. Le groupe Lagardère n’a pas fait de commentaire.



Risques
financiers

Le sujet de l’endettement d’Arnaud Lagardère est régulièrement soulevé par certains actionnaires minoritaires en raison des risques financiers qu’il fait peser sur le groupe de médias et de distribution. Même s’il n’a que 7,3% du capital de la société fondée par son père, Arnaud Lagardère, via le statut d’associé commandité gérant dispose d’un pouvoir fort sur le groupe, constitué sous la forme d’une commandite en actions.

Lors de la dernière assemblée générale du groupe, Colette Neuville, la présidente de l’Adam, avait publiquement interrogé sur ce point, notamment pour savoir quelle est la valeur nette du patrimoine d’Arnaud Lagardère qui pourrait lui permettre de faire face à sa responsabilité d’associé commandité gérant. Questionné sur les raisons de la vente par le dirigeant de plus de 2 millions d’euros d’actions Lagardère en début d’année, le groupe avait répondu en AG que cela résultait d’un contrat de long terme conclu avec une banque.

Depuis plusieurs années, des actionnaires minoritaires de Lagardère craignent que l’endettement d’Arnaud Lagardère n’explique la politique de cessions d’actifs permanente du groupe, afin de faire remonter des dividendes, au risque d’appauvrir la société.

A LIRE AUSSI

14/10/2019

Un immense chantier attend Renault

Que ce soit Clotilde Delbos, nommée à titre intérimaire vendredi, ou la personne qui prendra définitivement le poste, le futur directeur général de ...


07/10/2019

Criteo se rebiffe contre Facebook

30/09/2019

Le Dieselgate rattrape les dirigeants de Volkswagen

23/09/2019

Suez engage la recherche d’un nouveau président



NOMINATIONS

 
Nommé le 16/10/2019
© Sébastien d'Halloy
 
Nommé le 15/10/2019
 
Nommé le 15/10/2019
 
Nommé le 15/10/2019
 
Nommé le 15/10/2019