Le guide des Etats-Majors

X

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

EOS Imaging refinance sa dette et couvre ses besoins jusqu’en 2019

La société d’imagerie médicale a émis pour 29,5 millions d’Oceanes à cinq ans, avec un coupon de 6%, pour une prime de conversion de 35%.

Par  Bruno de Roulhac le 28/05/2018



Refinancement réussi. EOS Imaging a émis hier pour 29,5 millions d’euros d’obligations à option de conversion et/ou échange, en actions nouvelles et/ou existantes (Oceanes) à cinq ans dans le cadre d’un placement privé. Dirigée par Kepler Cheuvreux, «l’opération, rapidement sursouscrite, s’est faite auprès de divers fonds européens consacrés aux convertibles ou plus généralistes», précise Marie Meynadier, la directrice générale d’EOS Imaging.

La valeur nominale des Oceanes, de 6,80 euros, fait apparaître une prime de conversion de 35% (pour une fourchette de 30% à 35%) par rapport au cours de référence. Elles porteront un intérêt annuel de 6% – le haut de la fourchette de 5,5% à 6%. A échéance, le 31 mai 2023, elles seront remboursées si non converties plus tôt. En cas de conversion intégralement en actions nouvelles, la dilution des actionnaires serait de 19%. «Nous sommes confiants dans la capacité du titre à absorber la prime d’émission, et pensons que ces Oceanes seront converties», explique Marie Meynadier.

Les fonds levés seront consacrés au remboursement de l’intégralité de la dette souscrite auprès du fonds IPF Partners à hauteur de 72%. «Cette dette, de type venture, s’élève à près de 20 millions d’euros, pour un TEG supérieur à 10%, poursuit Marie Meynadier. En la remboursant, nous libérons les sûretés associées. Cela nous permettra d’avoir un levier de financement sur notre compte client.» En 2015 et 2016, EOS Imaging avait émis pour 14,5 millions d’euros d’obligations simples, en trois tranches, de 4,5 millions, 5 millions et 5 millions, souscrites par IPF à Euribor +7,75%. A la demande d’EOS Imaging, l’amortissement a été suspendu fin 2017, contre une rémunération d’Euribor +8,50% pour les deux premières tranches et d’Euribor +9% pour la troisième. Et la société a souscrit une nouvelle tranche de 5 millions d’euros à Euribor +9% en janvier 2018 auprès d’IPF.

Le solde de la levée de fonds sera consacré au financement du déficit d’exploitation. En 2017, EOS Imaging a dégagé un chiffre d’affaires de 37 millions d’euros (+21%), pour une perte opérationnelle de 5,8 millions d’euros et une perte nette de 7,8 millions. «Les analystes estiment que la société sera profitable dès 2019. Nous sommes confortables avec cet horizon. Nous n’envisageons pas de faire à nouveau appel au marché à court ou moyen terme», conclut Marie Meynadier.

A LIRE AUSSI

24/06/2019

Carrefour cède le contrôle de ses activités en Chine

Carrefour lâche du lest en Chine. Le numéro un de la distribution en Europe a annoncé, dimanche, la vente de 80% de ses parts de sa filiale locale au ...


17/06/2019

Manitou fait monter d’un cran sa désintermédiation financière

03/06/2019

Les prêteurs d’Atalian Servest commencent à perdre patience

20/05/2019

Les actionnaires gardent EssilorLuxottica sous pression



NOMINATIONS

 
 
 
 
Nommé le 25/06/2019
Prise de fonction le 01/07/2019
 
Nommé le 25/06/2019